March 19, 2014

Il y a 100 ans : Les tribulations d’un Malgache (2)

(Suite.)
— Où est né ton enfant, demande cet important fonctionnaire ?
— Dans la province de…
— Alors, pourquoi me l’apportes-tu ici ? C’est dans la province où il est venu au monde qu’il faut le déclarer, et non ici.
— Mais, répond humblement notre indigène qui commence à être inquiet, le chef du village a refusé d’accepter la déclaration de ma femme, et l’a renvoyée à vous.
— Eh ! bien, ce chef-là ne connaît pas son métier. Tu vas retourner là-bas, faire ta déclaration, et sans tarder, car la négligence te met dans un mauvais cas.
Or, pour retourner au lieu de naissance de l’enfant, il faut compter cinq ou six jours de marche, au bas mot !
Affolés, les infortunés parents courent chez le colon qui les emploie, et lui content leur mésaventure.
Celui-ci leur promet de tout arranger, et s’en va trouver l’administrateur chargé du district, à qui il expose l’affaire.
— Le cas est grave, répond le fonctionnaire d’un air soucieux. Votre employé tombe sous le coup des pénalités édictées par la loi. Dura lex, sed lex. Cependant, pour vous aider à tirer vos deux indigènes d’embarras, je vais vous indiquer deux moyens, entre lesquels ils pourront choisir pour donner un état-civil à l’enfant. Le père peut, soit le déclarer par un acte de notoriété, en présence de sept témoins, soit, plus simplement, l’adopter…
— Un père « adopter » son propre enfant. Mais vous n’y songez pas, réplique notre compatriote abasourdi : ils vont plutôt chercher les sept témoins.
— Minute ! Ceux-ci ont-ils « assisté » à la naissance ?
— Assisté… Mais…
— Alors, il n’y a rien à faire : la loi exige sept témoins « oculaires ».
Notre colon eut beau discuter, le père dut, bon gré, mal gré, « adopter » son enfant, tout comme s’il s’était agi de l’enfant d’un autre.
Pour cela quatre témoins, qui n’étaient pas obligatoirement « oculaires », suffirent. Et comme tout se paye quand on dérange un fonctionnaire, aux colonies aussi bien qu’en France, il en coûte 5 fr. 50 à l’infortuné père pour adopter son enfant, sans compter les frais de réception des témoins obligatoires.
(À suivre.)

Le Courrier colonial


L'intégrale en un livre numérique (un volume équivalant à 734 pages d'un ouvrage papier), disponible en deux endroits:
  • Lulu, intermédiaire habituel de la Bibliothèque malgache, au format epub - sans couverture: 6,99 €
  • Amazon, qu'il est inutile de présenter, au format Kindle (Calibre, un logiciel gratuit, permet de convertir aisément en epub si on ne possède pas de liseuse spécifique): 7,49 €

No comments:

Post a Comment