August 21, 2015

Il y a 100 ans : Les fêtes du 75 à Tananarive (2 et fin)

(Suite et fin.)
La garde-robe du musée avait été pour la circonstance mise à contribution. Les uniformes les plus variés, les plus invraisemblables, donnaient au défilé une allure des plus pittoresques.
Remarqués dans un coin du rova, une vingtaine de bambins s’acharnant sur un jeu de massacre, rivalisant d’adresse à qui démolirait Guillaume, François-Joseph, Bülow, etc.
Pendant toute la journée de la fête, les excellentes musiques des tirailleurs malgaches et du gouvernement général firent entendre les meilleurs morceaux de leur répertoire.
La journée se termina par une brillante retraite aux flambeaux à laquelle participèrent également les deux musiques.
Le lendemain, la fête commença par un concours de chant entre 7 groupes de chanteurs malgaches ; des exercices de gymnastique furent remarquablement exécutés par les membres du stade olympique de l’Émyrne. Il y eut aussi un concours de lutte et enfin un concours de tennis.
Un public aussi choisi que nombreux assistait à ces joutes : il ne ménagea pas ses applaudissements aux acteurs.
L’après-midi fut consacré aux courses de chevaux.
Le soir, à 8 heures, le théâtre brillamment décoré et illuminé ouvrait ses portes.
Deux pièces malgaches jouées avec un entrain endiablé retinrent tout particulièrement l’attention des spectateurs. La première, Dans les tranchées, est due à la plume alerte de M. Rainizanabololona, rédacteur en chef de la Trompetra Volamena, et la deuxième, La Guerre vécue, mimodrame de M. Bernardin Ravelosona, professeur-assistant.
Tous nos compliments aux auteurs et aux acteurs.
La soirée prit fin par l’exécution de l’hymne national qui fut exécuté debout, dans le plus profond recueillement.
Nos vives félicitations à la police pour l’organisation du service d’ordre, qui n’a pas un instant laissé à désirer.
Remercions également les membres du comité de la Société des Amis laïcs qui furent les véritables boute-en-train de ces trois journées de fêtes que nous verrons se renouveler avant peu.
Radesy.
(De la Tribune.)

Le Tamatave

Deux volumes de compilation de la presse à propos de Madagascar il y a 100 ans sont maintenant disponibles. La matière y est copieuse et variée, vous en lisez régulièrement des extraits ici. Chaque tome (l'équivalent d'un livre papier de 800 pages et plus) est en vente, au prix de 6,99 euros, dans les librairies proposant un rayon de livres numériques. D'autres ouvrages numériques, concernant Madagascar ou non, sont publiés par la Bibliothèque malgache - 26 titres parus à ce jour.

No comments:

Post a Comment