24 avril 2017

Il y a 100 ans : La taxe du riz, criante anomalie

On nous écrit :
Voulez-vous nous permettre, par la voie de votre journal, de faire remarquer à qui de droit la criante anomalie qui existe à propos des riz. Ceux-ci sont taxés au détail à 0 fr. 25 le kilo.
Or le riz vendu à Tamatave vient des Hauts Plateaux et, tous frais payés, revient aux négociants en gros à 280 fr. la tonne au minimum. Si minime que soit leur bénéfice, en petits commerçants, et si mince également que soit le bénéfice de ces derniers, il est impossible de le vendre à moins de 30 cent. le kilo.
On n’est pas en haut lieu sans connaître cette situation, puisqu’un service administratif vient d’acquérir 30 tonnes de cette denrée à un prix exorbitant.
Cette pénible situation a deux causes : d’abord, l’exportation intense qui en a été faite sans réserver le stock nécessaire à la consommation du pays. Et ensuite, la spéculation qui a accaparé cette denrée et en a majoré les prix sans vergogne et sans autre raison que celle de réaliser de gros bénéfices.
À la première cause, M. le Gouverneur Général a apporté un remède radical, en interdisant, quoique un peu tardivement, la sortie du riz.
On pourrait obvier à la seconde en obligeant les indigènes à ne vendre leur riz ou paddy de luxe que sur un marché public, suivant une taxe, et sous le contrôle d’un fonctionnaire, ce qui couperait court à la spéculation.
Du reste, c’est ainsi que cela se pratique sur le marché de Maroantsetra, et ce procédé a donné d’excellents résultats. Ne pourrait-on l’étendre à l’Émyrne et autres pays de production, à ce moment où la nouvelle récolte va venir sur les marchés ? Il y va de l’intérêt public, le riz étant la base de la nourriture de toute la population.
Le Tamatave

Morts au champ d’honneur

Giraudet (Raphaël), caporal au 54e colonial. – Tombé au champ d’honneur au corps expéditionnaire d’Orient, le 21 octobre 1916.
Clementine (Germain-Emmanuel), soldat au 54e colonial. – Tombé au champ d’honneur au corps expéditionnaire d’Orient, le 28 octobre 1916.
Hyla (Jean), soldat au 56e régiment d’infanterie coloniale. – Mort à l’ennemi, le 17 août 1916, à Doldzeli (Macédoine grecque).
Ces trois militaires habitaient Tamatave avant le commencement des hostilités. Leurs familles résident actuellement à Tamatave.

Journal officiel de Madagascar et dépendances

Deux volumes de compilation de la presse à propos de Madagascar il y a 100 ans sont maintenant disponibles. La matière y est copieuse et variée, vous en lisez régulièrement des extraits ici. Chaque tome (l'équivalent d'un livre papier de 800 pages et plus) est en vente, au prix de 6,99 euros, dans les librairies proposant un rayon de livres numériques. D'autres ouvrages numériques, concernant Madagascar ou non, sont publiés par la Bibliothèque malgache - 62 titres parus à ce jour.

22 avril 2017

Il y a 100 ans : La vérification des objets d’or et d’argent de la Grande Île

À la date du 3 novembre dernier, M. Garbit, gouverneur général de notre grande colonie de l’océan Indien, a pris un arrêté chargeant le Laboratoire de chimie de Tananarive de la vérification du titre des objets d’or ou d’argent.
Le but poursuivi par M. Garbit est de garantir les acheteurs de bijoux contre les fraudes possibles des fabricants locaux et de permettre l’introduction en France, sans difficultés, des bijoux fabriqués dans la colonie.
Les bijoux à essayer peuvent être apportés au laboratoire, ou expédiés de n’importe quel point de la colonie par la poste en valeur déclarée. Les bijoux sont soumis à un essai et seuls ceux ayant un titre au moins égal à 750/000 pour l’or et 800/000 pour l’argent sont contrôlés au moyen de deux poinçons spéciaux à la colonie, représentant pour les objets en or une tête de zébu, pour les objets en argent un palmier.
Moyennant ce droit infime, les bijoutiers indigènes pourront donc offrir à leurs clients en toute certitude et en toute garantie des bijoux ayant un titre équivalant au titre légal. Nul doute que les bijoutiers sérieux n’envoient désormais au poinçonnage tous les produits de leur fabrication et ne présentent à la vente que des bijoux poinçonnés. D’un autre côté, les acheteurs seront certains de ne posséder que des bijoux qu’ils pourront sans crainte présenter au poinçonnage à la Monnaie en France. En outre, nul ne voudra plus à Madagascar acheter dorénavant aucun bijou qui ne portera le poinçon du laboratoire de Tananarive, lequel se chargera en même temps de la fonte de l’or et de sa transformation en lingots qui seront poinçonnés par l’essayeur de la Monnaie et constitueront une garantie absolue du titre en France.
Il en résultera donc un réel avantage pour les prospecteurs et les exploitants miniers qui seront ainsi fixés rapidement sur la valeur de leurs minerais, et pourront en obtenir immédiatement la valeur maxima.
Les mesures consacrées par l’arrêté du 3 novembre constituent une innovation heureuse ; elles contribueront à apporter à toutes les opérations sur les matières d’or et d’argent une garantie absolue qui jusqu’ici n’existait pas, les sortes d’opérations n’étant subordonnées à aucun contrôle.

Le Courrier colonial

Deux volumes de compilation de la presse à propos de Madagascar il y a 100 ans sont maintenant disponibles. La matière y est copieuse et variée, vous en lisez régulièrement des extraits ici. Chaque tome (l'équivalent d'un livre papier de 800 pages et plus) est en vente, au prix de 6,99 euros, dans les librairies proposant un rayon de livres numériques. D'autres ouvrages numériques, concernant Madagascar ou non, sont publiés par la Bibliothèque malgache - 62 titres parus à ce jour.

17 avril 2017

Il y a 100 ans : Le pour et le contre

Mon Dieu ! qu’il est donc difficile de contenter tout le monde et son père.
Afin d’entretenir la vie normale de la Grande Île et aussi de poursuivre sa mise en valeur, on avait présenté au gouverneur général tout un programme de travaux à exécuter ; programme superbe d’ailleurs, qui témoignait d’une ampleur de vues qui n’était peut-être pas en rapport avec les moyens de les faire exécuter : trois ou quatre grandes routes, une petite voie ferrée et un canal reliant l’océan Indien au canal de Mozambique en coupant l’isthme de la baie du Courrier.
On a si souvent demandé l’aménagement du littoral qu’après tout, il n’y avait là rien qui pût surprendre. Pourtant, ce ne fut pas l’avis de tout le monde et les ouvriers mobilisés de la colonie ont écrit à notre confrère les Petites Affiches de Majunga pour le prier de porter leurs doléances à qui de droit. Leur protestation ne manque pas d’à-propos :
« C’est au moment, écrivent-ils, où la plupart d’entre nous, ouvriers, entrepreneurs, marchands, sommes bloqués à la caserne, ou qu’une partie d’entre nous sommes en train de nous faire casser la figure, au moment où le kilogramme de clous vaut 2 fr. 50, la barrique de ciment 30 francs, les outils et la ferraille cent pour cent au-dessus de la valeur normale, que l’on veut faire de pareils travaux !… J’espère bien, dit le porte-parole de ces poilus, que les mobilisés comme moi n’accepteront pas que l’on commette de pareils actes. »
Et, non sans raison, il ajoute :
« S’il y a des travaux à faire, qu’on nous attende. Nous avons tout abandonné. S’il y a du travail à faire, qu’on le laisse pour ceux qui sont absents et qui auront grand besoin d’avoir leur part quand ils rentreront. »
Les desiderata du brave mobilisé de Madagascar sont assez judicieux, d’autant plus qu’il prévoit que, si les travaux sont entrepris maintenant, ils serviront surtout à faire gagner la vie aux Indiens et aux Chinois…
Mais qu’il est donc difficile, nous le répétons, de contenter tout le monde et son père !

Le Courrier colonial

Deux volumes de compilation de la presse à propos de Madagascar il y a 100 ans sont maintenant disponibles. La matière y est copieuse et variée, vous en lisez régulièrement des extraits ici. Chaque tome (l'équivalent d'un livre papier de 800 pages et plus) est en vente, au prix de 6,99 euros, dans les librairies proposant un rayon de livres numériques. D'autres ouvrages numériques, concernant Madagascar ou non, sont publiés par la Bibliothèque malgache - 62 titres parus à ce jour.

16 avril 2017

Il y a 100 ans : Sursis et incorporations

Télégramme officiel n° 9-GS.
Gouverneur Général (Cabinet militaire) à toutes circonscriptions.
En vue d’apporter défense nationale contribution maxima afin que effort fourni par Colonie soit en rapport avec celui exigé dans Métropole, dispositions suivantes ont été arrêtées suivant instructions Département :
1° Sursis d’appel des hommes classes 1917 à 1900 inclus seront dorénavant accordés par décision du Ministre Guerre et limités aux exceptions motivées par nécessité défense nationale. Sauf ces exceptions tous hommes ces classes appartenant service armée seront rapatriés.
2° Sursis classes plus anciennes continuent être accordés par Gouverneur Général pour raisons économiques. Pour remplacer tous militaires de carrière et hommes classés plus jeunes tous mobilisables service armé des classes 1899 à 1889 inclus qui ne seront pas mis en sursis seront appelés.
3° Hommes de toutes classes appartenant aux services auxiliaires seront incorporés seulement dans limites besoins. En conséquence de ces instructions : A. – Par mesure transitoire pour permettre intéressés pourvoir leur remplacement par homme non mobilisables ou auxiliaires ou appartenant classes anciennes sursis actuels qui expiraient premier février 1917 ne pourront être prolongés au-delà du 15 mars. B. – Mobilisables des classes 1894 et 1893 seront appelés le premier février. C. – Mobilisables classes 1899 à 1888 inclus seront appelés à partir du 15 mars. Pour toutes catégories, demandes sursis seront faites et transmises sous forme ordinaire. D. – Commission spéciale réforme révisera dans le courant du premier trimestre 1917 auxiliaires réformés temporaires appartenant toutes classes mobilisées dans Métropole. Instructions de détail suivront incessamment.

Nouvelles de Sainte-Marie de Madagascar

29 décembre 1916.
Girofles. – Enfin, plus de clous de girofle à récolter pour cette année et les dernières ventes ont obtenu 2 fr. 50 le kilo.
Cyclone. – Dans la nuit du 25 au 26 décembre, nous avons eu la queue d’un cyclone venant du sud, qui a duré jusque dans la matinée du mardi 26.
Grâce à Dieu les plantations et les girofliers n’ont pas beaucoup souffert, si ce n’est seulement les mangues qui jonchent le sol. Nous en avons été quittes pour quelques heures de frayeur.

Le Tamatave

Deux volumes de compilation de la presse à propos de Madagascar il y a 100 ans sont maintenant disponibles. La matière y est copieuse et variée, vous en lisez régulièrement des extraits ici. Chaque tome (l'équivalent d'un livre papier de 800 pages et plus) est en vente, au prix de 6,99 euros, dans les librairies proposant un rayon de livres numériques. D'autres ouvrages numériques, concernant Madagascar ou non, sont publiés par la Bibliothèque malgache - 62 titres parus à ce jour.

15 avril 2017

Il y a 100 ans : Arrêté fermant à l’exportation du riz ou paddy

Le Gouverneur des Colonies, délégué dans les fonctions de Gouverneur Général de Madagascar et Dépendances, Officier de la Légion d’Honneur,
Vu les décrets des 11 décembre 1895, 30 juillet 1897 et 21 août 1914,
Vu le décret du 6 mars 1877,
Vu la hausse croissante des cours des riz et paddy à Tananarive,
Arrête :
Art. 1er. – Les ports de Tamatave, Andévorante et Vatomandry sont provisoirement fermés à l’exportation du riz ou paddy hors de Madagascar.
Art. 2. – Des exceptions pourront être accordées par décision spéciale du Gouverneur Général en faveur : 1° des stocks constitués dans ces ports en vue de l’expédition hors de Madagascar antérieurement au présent arrêté ; 2° des stocks de riz usinés ou de paddy en cours d’usinage destinés à l’exportation constitués en usine ou dans les dépendances des usines ; 3° des stocks de riz décortiqués constitués en magasin antérieurement au présent arrêté chez les exportateurs habituels.
La constatation des stocks sera faite par le Chef de la Province intéressé ou son délégué dans un délai de 4 jours à compter de la publication du présent arrêté.
Art. 3. – Vu l’urgence, le présent arrêté qui sera transmis par télégramme et affiché dans les chefs-lieux de province et de district sera exécutoire à compter du lendemain du jour de sa publication au Journal Officiel de la Colonie nonobstant les dispositions de l’arrêté du premier juin 1911 qui a fixé les délais d’exécution des lois, décrets et arrêtés pour Madagascar et Dépendances.
Art. 4. – MM. les Directeurs des Douanes et les chefs de provinces sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l’exécution du présent arrêté qui sera inséré au Journal Officiel de la Colonie et publié ou communiqué partout où besoin sera.
Tananarive, le 29 décembre 1916
H. Garbit.
Le Tamatave

Le moratorium

Au J. O. du 25 novembre 1916 est publié un arrêté promulguant, dans la colonie de Madagascar et Dépendances, le décret du 27 avril 1916 portant modification au décret du 13 juin 1915, instituant le moratorium aux colonies, et un décret portant modification au décret du 13 juin 1915, instituant le moratorium aux colonies.

Les Annales coloniales

Deux volumes de compilation de la presse à propos de Madagascar il y a 100 ans sont maintenant disponibles. La matière y est copieuse et variée, vous en lisez régulièrement des extraits ici. Chaque tome (l'équivalent d'un livre papier de 800 pages et plus) est en vente, au prix de 6,99 euros, dans les librairies proposant un rayon de livres numériques. D'autres ouvrages numériques, concernant Madagascar ou non, sont publiés par la Bibliothèque malgache - 60 titres parus à ce jour.

14 avril 2017

Il y a 100 ans : La foire de Tamatave

Malgré le temps et les circonstances qui paraissent s’être ligués contre elle, la foire de Tamatave a obtenu un meilleur succès que celui qu’on était en droit d’espérer.
En effet, dans les jours qui l’ont précédée, et jusque dans la journée du 30, une pluie torrentielle et continue s’est abattue sur toute la région, faisant déborder tous les cours d’eau et les rendant infranchissables. Aussi la journée du 30 n’a-t-elle pas été brillante. Mais le soleil et le beau temps s’étant mis de la partie, les indigènes ont pris leur revanche et le 31 la foire a battu son plein, bien que nombreux aient été ceux qui n’ont pu franchir les rivières, comme, par exemple, ceux de l’Ivoloina.
La population indigène, enthousiasmée, accourue en masse, a continué, pendant toute la journée du lundi, les fêtes et réjouissances ; à ce point de vue, le succès a été complet.
C’est le dimanche 31 qu’ont eu lieu l’exposition et la distribution des primes.
Parmi les animaux exposés, on a pu remarquer de beaux spécimens, notamment ceux présentés par M. Barau. Les bœufs et les vaches étaient nombreux, ainsi que les porcs, moutons, volailles de toute nature, lapins, etc. Une mention spéciale a été accordée à M. Job Razafindrazaka pour ses volailles et des produits agricoles de sa fabrication.
L’industrie du pays a largement fourni divers objets exécutés à la perfection, tels que des dentelles variées, outils, objets de ménage, meubles, etc. Parmi les meubles, le nommé Rasamoelina a exposé un riche mobilier de salon, qui a été enlevé à un prix très élevé, avant même que le jury ne l’eût examiné.
Des primes nombreuses, payées en espèces, ont été accordées aux exposants.
À noter que la très grande majorité des exposants ont été des Hova, ce qui permet d’entrevoir un succès considérable pour la prochaine foire.

Exercices de tir

Hier, de 8 à 9 heures, la population de Tamatave a pu croire un instant que notre bonne ville était bombardée par quelque Bremen revenu à la vie.
Il n’en était rien. Ce n’était que des tirs d’exercice au canon exécutés par nos braves poilus. Mieux vaut cela.

Le Tamatave

Deux volumes de compilation de la presse à propos de Madagascar il y a 100 ans sont maintenant disponibles. La matière y est copieuse et variée, vous en lisez régulièrement des extraits ici. Chaque tome (l'équivalent d'un livre papier de 800 pages et plus) est en vente, au prix de 6,99 euros, dans les librairies proposant un rayon de livres numériques. D'autres ouvrages numériques, concernant Madagascar ou non, sont publiés par la Bibliothèque malgache - 60 titres parus à ce jour.

11 avril 2017

Il y a 100 ans : Mort au champ d’honneur

Gilbert-Pierre (Raoul), sous-officier d’infanterie coloniale, 1er bataillon, 1re compagnie des tirailleurs sénégalais. – A pris part à la bataille de la Somme le 14 octobre 1916. Cité à l’ordre de l’armée, le 17 octobre 1916, dans les termes suivants : « Sous-officier d’une bravoure exceptionnelle. Ayant eu les jambes atteintes par des éclats d’obus (dont une presque entièrement arrachée), a prononcé les paroles héroïques suivantes à son adjudant : « Coupez-moi ce lambeau de chair que je donne avec plaisir à la France. » N’a perdu, malgré ses souffrances, ni son moral, ni son courage. »
Décoré de la Médaille militaire et de la Croix de guerre avec palme. C’est pendant un assaut, le 14 octobre 1916, vers 2 heures de l’après-midi, que le sous-officier Gilbert-Pierre fut blessé à la tête de sa section, juste au moment où il atteignait le but, à la première ligne des tranchées allemandes, devant le village Villers-Carbonnel, au sud de Péronne ; cinq minutes après son accident, sa section prenait cette tranchée ennemie et faisait de nombreux prisonniers. Quatre de ceux-ci, tout heureux d’avoir échappé au carnage, emportèrent le blessé à l’armée. Le lendemain 15, il fut transféré à l’ambulance 1/62 à Moreuil où il arriva le soir. Le 16, il fut amputé de la cuisse droite, mais ayant perdu déjà trop de sang il ne survécut pas à l’opération. Le 17 octobre, il est mort des suites de ses blessures.
Il était le seul fils de M. et Mme Gilbert-Pierre, actuellement domiciliés à Tananarive.
Journal officiel de Madagascar et dépendances

Les frères des écoles chrétiennes

Les frères des écoles chrétiennes ont célébré, le 21 novembre, le cinquantenaire de leur établissement à Madagascar.

Une messe à la cathédrale d’Andohalo

Un des membres indigènes de la mission catholique de Tananarive a fait célébrer une messe, le 25 novembre dernier, à la cathédrale catholique d’Andohalo, pour le repos de l’âme du général Gallieni et de l’administrateur Titeux, ancien maire de Tananarive.

Le Courrier colonial

Deux volumes de compilation de la presse à propos de Madagascar il y a 100 ans sont maintenant disponibles. La matière y est copieuse et variée, vous en lisez régulièrement des extraits ici. Chaque tome (l'équivalent d'un livre papier de 800 pages et plus) est en vente, au prix de 6,99 euros, dans les librairies proposant un rayon de livres numériques. D'autres ouvrages numériques, concernant Madagascar ou non, sont publiés par la Bibliothèque malgache - 60 titres parus à ce jour.

10 avril 2017

Il y a 100 ans : La concurrence allemande à Madagascar

En 1913, les Boches faisaient, avec Madagascar, un commerce général s’élevant à 13 millions et demi, dont 10 702 000 francs à l’exportation, c’est dire toute la place laissée libre depuis que la guerre a supprimé tout transit avec la Germanie.
Il est regrettable que cette place n’ait pas encore été prise par le commerce français.
On sait que les employés formant les cadres des maisons allemandes dans la Grande Île avaient été internés dans un camp de concentration à Diego-Suarez. De là, ils pouvaient encore espérer pouvoir reprendre le cours de leurs opérations dès la signature de la paix. Des séquestres prudents ne leur conservaient-ils pas soigneusement tous leurs éléments de travail : comptabilité, installation, marchandises ? En outre, ils entretenaient aisément des relations avec leurs anciens clients et leurs agents indigènes. Le gouverneur général pensa qu’il était préférable de les éloigner et c’est pourquoi il autorisa leur embarquement pour la France où ils seront internés jusqu’à la fin de la guerre.
Maintenant que ces indésirables sont partis, il faut, sans attendre davantage, que nous prenions leur place.
Le Courrier colonial

Le consulat américain

M. Carter, le très distingué représentant de la grande république américaine dans notre colonie, a cru devoir, pour des raisons devant lesquelles nous nous inclinons, transporter à Tananarive, capitale de la Colonie, le siège de sa résidence qui, jusqu’à cette heure, avait été Tamatave.
La population de notre ville regrettera avec nous cette décision, car par sa cordialité et son exquise éducation, M. Carter avait su s’attirer l’estime et la sympathie de tous sans distinction d’opinions politiques ou religieuses. En un mot, il s’est toujours montré parfait gentleman.
Nous souhaitons que le séjour de la capitale lui soit plus agréable que celui de Tamatave.

Société Philarmonique de Tamatave

On nous prie de faire connaître que la soirée du mois de décembre de la Société Philarmonique n’ayant pas eu lieu par suite du départ en permission de quelques exécutants, la soirée de janvier aura lieu le samedi 13 courant.

Le Tamatave

Deux volumes de compilation de la presse à propos de Madagascar il y a 100 ans sont maintenant disponibles. La matière y est copieuse et variée, vous en lisez régulièrement des extraits ici. Chaque tome (l'équivalent d'un livre papier de 800 pages et plus) est en vente, au prix de 6,99 euros, dans les librairies proposant un rayon de livres numériques. D'autres ouvrages numériques, concernant Madagascar ou non, sont publiés par la Bibliothèque malgache - 60 titres parus à ce jour.

7 avril 2017

Il y a 100 ans : La taxe de consommation à Madagascar et dépendances

En considération des desiderata formulés par la population et les commerçants de sa colonie, M. Garbit, gouverneur général de Madagascar, avait proposé au gouvernement d’apporter certaines modifications au décret du 7 juillet 1915, fixant les taxes de consommation à percevoir dans la Grande Île et ses dépendances.
M. Garbit avait notamment insisté sur l’exemption d’impôt pour certains produits importés ou fabriqués dans la colonie, afin de favoriser, d’une part, le développement de l’industrie des conserves de viande et de bœuf congelé, la production du graphite (actuellement, cette dernière présente pour la métropole un intérêt tout particulier), et, d’autre part, la fabrication des dentelles et des chapeaux de paille qui intéresse spécialement l’industrie indigène.
La situation de Madagascar étant très satisfaisante au point de vue financier, des exemptions de taxes et la diminution des recettes qui en résulterait ne pouvaient être un obstacle sérieux à la réalisation des desiderata de la Grande Île ; en conséquence, le ministre des Colonies a fait signer au Président de la République un décret en date du 27 décembre 1916, modifiant celui du 7 juillet 1915 sur les taxes de consommation à percevoir dans la colonie de Madagascar et dépendance.
Le Courrier colonial

La culture du blé

Malgré des essais très concluants de culture de blé, à Antsirabe, tentés vers 1906, rien ne fut fait pour développer cette culture, et la Grande Île a dû, tout récemment, demander de la farine à sa toute petite, mais plus prévoyante voisine, l’île Maurice, ainsi que le raconte, dans la Tribune de Madagascar, un colon bien renseigné.
Les indigènes seraient tout disposés à reprendre la culture du blé, mais il faut qu’ils aient la certitude qu’on achètera leur récolte. Ce serait sans doute plus simple que de recourir à l’île voisine, qui, de plus, est anglaise.

La mort de Louis Georget

Nous ne saurions passer sous silence, pour lui rendre hommage dû à tout pionnier de notre empire colonial, la mort du colon Louis Georget, décédé le 13 novembre 1916, à Antsirabe, qu’il avait habité pendant 25 ans sans interruption.

Les Annales coloniales

Deux volumes de compilation de la presse à propos de Madagascar il y a 100 ans sont maintenant disponibles. La matière y est copieuse et variée, vous en lisez régulièrement des extraits ici. Chaque tome (l'équivalent d'un livre papier de 800 pages et plus) est en vente, au prix de 6,99 euros, dans les librairies proposant un rayon de livres numériques. D'autres ouvrages numériques, concernant Madagascar ou non, sont publiés par la Bibliothèque malgache - 60 titres parus à ce jour.

5 avril 2017

Il y a 100 ans : Joyeusetés coloniales

Il y a des gens qui ne lisent jamais le compte rendu des séances de nos doctes académies ; ils ne savent pas ce qu’ils y perdent, car les esprits curieux y découvrent souvent des perles.
Ainsi Madagascar a l’heur de posséder une académie siégeant à Tananarive, où les discussions offrent un grand intérêt, car elles nous tiennent au courant des découvertes scientifiques dont la Grande Île est le théâtre et… d’autres choses aussi, parfois assez drolatiques.
J’ai appris, par exemple, qu’un savant, parti pour aller étudier les variations barométriques sur le mont Tsiafajavona, s’était trouvé dans la triste nécessité d’interrompre ses intéressantes expériences parce qu’un gasy inconnu avait eu le mauvais goût de lui voler ses instruments de précision !
Certes, les savants, particulièrement ceux qui se nourrissent de chiffres, d’algèbre et de logarithmes, sont des êtres fort distraits, à telle enseigne que nos écrivains leur font jouer des rôles plutôt comiques ; mais enfin un astronome qui se fait dépouiller de ses instruments barométriques, thermométriques et autres appareils en ique doit en rester inconsolable, car il commet un crime de lèse-science !
Dans l’Aurore boréale d’Henri Rochefort, nous voyons bien un astronome si absorbé par le phénomène étudié qu’on le trompe derrière lui sans qu’il s’en aperçoive. Jules Verne nous a également fort amusés avec Nicolas Palender, Paganel et Palmyrin Rosette ; mais ces types de savants, pour distraits qu’ils soient, n’atteignent pas aux chausses de notre géodésien, tellement dans la lune qu’il se laisse subtiliser ses précieux instruments !
Une servante malgache, ramenée par moi de la Grande Île il y a déjà pas mal d’années, à qui je narre l’aventure parce qu’elle me paraît drôle, agite mélancoliquement sa perruque toute blanche au-dessus de son visage d’ébène, et me répond : « On n’aurait jamais vu pareil scandale au temps de Rainilaiarivony ou du général Gallieni. »
Évidemment, ma vieille Rakotobe, mais au temps de Rainilaiarivony et de Gallieni, les savants n’allaient pas étudier les variations atmosphériques sur le mont Tsiafajavona, raison péremptoire pour qu’un effronté gasy ne fut pas tenté de leur voler leurs instruments !
Chanteclair.

Le Courrier colonial

Deux volumes de compilation de la presse à propos de Madagascar il y a 100 ans sont maintenant disponibles. La matière y est copieuse et variée, vous en lisez régulièrement des extraits ici. Chaque tome (l'équivalent d'un livre papier de 800 pages et plus) est en vente, au prix de 6,99 euros, dans les librairies proposant un rayon de livres numériques. D'autres ouvrages numériques, concernant Madagascar ou non, sont publiés par la Bibliothèque malgache - 60 titres parus à ce jour.