16 décembre 2014

Il y a 100 ans : Le loyalisme des indigènes de Madagascar

Marseille, 5 novembre. – Du correspondant particulier du « Matin ». – Nous avons pu nous entretenir avec M. Picquié, gouverneur général de Madagascar, arrivé hier dans notre ville, qui, accompagné de plusieurs fonctionnaires coloniaux, se rendait auprès du gouvernement à Bordeaux.
M. Picquié nous a déclaré :
— J’ai quitté Madagascar après un séjour de quatre années. Je rentre en France pour me reposer et pour rendre compte de ma mission au gouvernement français. Madagascar est aujourd’hui complètement pacifié. Les dernières bandes de Sakalaves rebelles ont fait leur soumission avant mon départ et leurs chefs sont venus m’affirmer leur loyalisme.
» La France, m’ont-ils dit, étant actuellement en guerre, a besoin de tous ses enfants et ses fils adoptifs. Elle peut compter sur notre dévouement.
» Un mois après la déclaration de guerre, les représentants des comités qui s’étaient formés dans toute l’île sont venus m’apporter la somme de 700 000 francs, provenant de souscriptions et destinée aux familles de nos blessés militaires.
» Madagascar possède actuellement une population de 3 500 000 habitants et ses ressources ont quintuplé ; des usines ont été créées dans les principales villes et le commerce prend chaque jour une extension de plus en plus grande. »
Le Matin

Madagascar et la guerre

M. Picquié, gouverneur général de Madagascar, est arrivé à Marseille.
M. Picquié a sollicité du gouvernement un congé pour venir lui rendre compte de sa gestion de quatre années consécutives dans notre grande île et prendre de nouvelles instructions par suite des événements actuels avant de retourner à son poste.
M. Picquié, dès la déclaration de guerre, avait immédiatement fait arrêter et interner les sujets allemands et autrichiens résidant dans l’île. De plus, il a fait sans retard saisir les biens et l’argent de ces internés et placer le tout sous séquestre, allant ainsi au-devant des instructions récentes du gouvernement.
Les colons et notamment les indigènes ont tenu avant le départ du gouverneur général de Madagascar à témoigner de leur vif attachement et de leur reconnaissance à la mère patrie et ont remis à M. Picquié une somme de 700 000 francs, produit d’une souscription pour nos blessés.

Le Temps


L'intégrale en un livre numérique (un volume équivalant à 734 pages d'un ouvrage papier), disponible en deux endroits:
  • Lulu, intermédiaire habituel de la Bibliothèque malgache, au format epub - sans couverture: 6,99 €
  • Amazon, qu'il est inutile de présenter, au format Kindle (Calibre, un logiciel gratuit, permet de convertir aisément en epub si on ne possède pas de liseuse spécifique): 7,49 €


14 décembre 2014

Il y a 100 ans : Œuvre patriotique des Dames de France à Tamatave (3)

(Suite et fin.)
Un Comité a été immédiatement constitué. Nous en donnons ci-après la constitution, et il a été décidé que l’Œuvre fonctionnera de la façon suivante :
1° – Il est créé une Œuvre patriotique des Dames de Tamatave destinée spécialement à procurer des vêtements aux femmes, aux vieillards et aux enfants de France les plus éprouvés par la guerre.
2° – Cette Œuvre sera représentée et dirigée par un Comité de huit dames.
3° – Ce Comité sera composé de Mme Bourgine, Présidente, Mlle Bouviez, Secrétaire, Mme Jodin, Trésorière, Mmes Vigne, Autret, de Chazal, Fouchard, Tortel, Membres du Comité.
4° – Le Comité orientera les travaux de l’Œuvre, restera à la disposition personnelle de toutes les adhérentes, recevra les dons en argent ou en nature, coordonnera les collaborations manuelles qui lui seront fournies.
5° – Le Comité rendra compte en outre des résultats acquis par l’Œuvre.
Il sera chargé de faire en France les expéditions aux intéressés, sans frais.
6° – C’est au Comité qu’incombera la répartition du travail ; les adhérentes se mettront en relation à cet effet, soit avec la Présidente, soit avec l’une des dames membre du Comité.
7° – Les adhésions ne seront reçues que de la part des dames et des demoiselles, lesquelles collaboreront soit par des dons pécuniaires, soit par des dons d’étoffes et fournitures de couture, soit par leur travail personnel.
Néanmoins, il pourra être reçu de toute personne non adhérente des dons en argent ou en nature.
Il sera loisible au Comité de recourir au travail gracieux des femmes indigènes.
8° – Les dames qui n’auraient point donné leur adhésion à l’Œuvre lors de l’Assemblée du 29 octobre restent libres d’y adhérer ultérieurement.
Nous remercions les dames de Tamatave qui ont bien voulu en si grand nombre nous prêter leur concours et nous espérons arriver, grâce à la générosité et au patriotisme de toutes, à soulager quelques détresses. Les petits ruisseaux…
Nous devons aussi remercier les Tamataviens qui veulent bien nous aider par des envois en nature ou en espèces ; nous publierons au fur et à mesure la liste des généreux donateurs.
Et maintenant à l’œuvre pour la Patrie, pour la France !
Le Comité.

Le Tamatave


L'intégrale en un livre numérique (un volume équivalant à 734 pages d'un ouvrage papier), disponible en deux endroits:
  • Lulu, intermédiaire habituel de la Bibliothèque malgache, au format epub - sans couverture: 6,99 €
  • Amazon, qu'il est inutile de présenter, au format Kindle (Calibre, un logiciel gratuit, permet de convertir aisément en epub si on ne possède pas de liseuse spécifique): 7,49 €

12 décembre 2014

Il y a 100 ans : Œuvre patriotique des Dames de France à Tamatave (2)

(Suite.)
Ne pouvons-nous pas, Mesdames, et, par conséquent, ne devons-nous pas procurer du moins, à ces femmes, à ces enfants, des effets qui leur sont d’autant plus nécessaires que l’hiver est proche ?
Mesdames, nous souhaitons la création d’une œuvre composée uniquement de dames et de demoiselles, et constituée aux fins de permettre aux Tamataviennes de la ville et de la Province de contribuer à secourir la misère qui sévit actuellement sur les femmes et les enfants de France, en leur procurant avant tout des vêtements.
Nous ne vous proposons nullement de fonder une Association, ni, par conséquent, d’élaborer des statuts ; il s’agit uniquement d’une œuvre patriotique et charitable, d’un groupement de toutes les bonnes volontés féminines ; et, cela va de soi, cette œuvre prendra fin avec les besoins qui l’auront créée, c’est-à-dire avec la guerre elle-même.
Quoiqu’il ne s’agisse pas d’une Association, l’existence d’un Comité semble pourtant nécessaire pour représenter l’œuvre, pour orienter, coordonner ses efforts et ses travaux, pour en centraliser les résultats, et en rendre compte dans des réunions ou par tout autre moyen. Ce Comité pourrait s’intituler « Comité de l’œuvre patriotique des Dames de Tamatave ». Il pourrait être composé de trois dames.
Toutefois, les trois dames qui ont provoqué la réunion de cette Assemblée n’ont nullement l’intention de s’imposer comme Comité ; et elles entendent, au contraire, laisser l’Assemblée libre de constituer le Comité qu’il lui plaira.
Mesdames, nous avons l’honneur de soumettre à votre approbation la création de l’Œuvre dont j’ai défini plus haut la raison d’être.
D’autre part, nous pensons que sa création comporte un appel général au concours de toutes, sous quelque forme que ce soit, et proportionné aux capacités et à la fortune, en un mot, aux ressources de chacune : travail matériel, dons d’étoffes, dons pécuniaires. Nous pensons, en outre, qu’il pourrait être recouru à la générosité des négociants de la place, des sujets de nations amies et de tous en un mot. Enfin, ne pourrait-il être fait appel également à l’adresse manuelle, ainsi qu’au loyalisme envers leur patrie d’adoption, de femmes indigènes ? Sur ces points aussi, Mesdames, nous sollicitons le secours de vos lumières.
(À suivre.)

Le Tamatave


L'intégrale en un livre numérique (un volume équivalant à 734 pages d'un ouvrage papier), disponible en deux endroits:
  • Lulu, intermédiaire habituel de la Bibliothèque malgache, au format epub - sans couverture: 6,99 €
  • Amazon, qu'il est inutile de présenter, au format Kindle (Calibre, un logiciel gratuit, permet de convertir aisément en epub si on ne possède pas de liseuse spécifique): 7,49 €

9 décembre 2014

La mort de David Jaomanoro

C'est un article publié sur le site de Mayotte 1ère qui m'apporte, ce matin, la triste nouvelle: David Jaomanoro est décédé dimanche au Centre hospitalier de Mayotte, une semaine après avoir été victime d'un accident vasculaire cérébral. Il aurait eu 58 ans le 30 décembre.
En hommage à cet écrivain bourré de qualités et dont on ne regrettera que la minceur de la production, je republie un texte que j'avais écrit en 2006 à l'occasion de la publication de son recueil de nouvelles, Pirogue sur le vide.

On attendait cela depuis longtemps. Depuis 1993, pour être exact, l’année où une nouvelle de David Jaomanoro, « Funérailles d’un cochon », avait remporté le prix RFI. Elle avait été publiée l’année suivante, avec d’autres nouvelles lauréates, dans un recueil collectif. Republiée dans le gros volume Omnibus consacré à l’océan Indien.
Entre-temps, David Jaomanoro avait reçu la médaille d’or des Jeux de la Francophonie à Tana, en 1997. On avait pu lire quelques textes de lui ici ou là, dans « Revue noire », notamment. Ou, plus récemment, dans l’ouvrage composé par Dominique Ranaivoson, « Chroniques de Madagascar ». Sa collaboration avec Rajery, quand il avait écrit le texte de la chanson « Viavy » sur l’album « Volontany », avait été remarquée. Mais, en fait, il semblait avoir plus de chance avec le théâtre. Sa pièce « La retraite » avait été publiée, « Tanguena » avait été adapté à la scène au Centre culturel Albert Camus.
C’est donc un grand bonheur de voir paraître enfin un recueil de nouvelles, « Pirogue sur le vide », chez un éditeur – les Editions de l’Aube – qui a dans son catalogue un prix Nobel de littérature, l’écrivain d’origine chinoise Gao Xingjian et Vaclav Havel, qui fut dix ans président de la république tchèque. Entre autres.
« Notre » David Jaomanoro est donc en belle compagnie, et il le méritait bien. Son livre est en effet de très belle facture. On en connaissait certaines pages, mais de les trouver rassemblées avec celles qu’on ne connaissait pas encore leur donne une force supplémentaire : celle d’un écrivain à maturité, capable, à la manière d’un Raharimanana, de parler de tout sur le ton d’une poésie âpre, qui bouscule les esprits.
Installé à Mayotte depuis quelques années déjà, il puise à plusieurs sources, et ses textes sont au point de rencontre d’une triple culture : française, puisque c’est la langue qu’il utilise, malgache, bien sûr, mais aussi comorienne. La phrase fait le va-et-vient entre ces trois enracinements.
Prenons la nouvelle d’ouverture, « Le rêve d’Assiata ». Moins de dix pages (mais quelles pages !) pour dire une terrible nuit de noces, un combat entre celle qui est encore presque une enfant et son mari dont elle devient la quatrième femme. Le destin pèse sur Assiata, qui est la narratrice de sa propre histoire, et qu’elle clôt sur ces mots : « Je suis finie. »
David Jaomanoro n’est pas un auteur confortable. Il fouille des blessures anciennes, ravive les douleurs. Il s’en prend aux traditions et aux rapports de force qu’on ne voit plus à force de les vivre au quotidien. La lumière qu’il jette sur le monde est crue, brutale.
Ce n’est pas pour autant un monde sans espoir. La dernière nouvelle, « Ndzaka Lapiné » (qu’il faut comprendre « l’apnée », parce que Ndzaka est une spécialiste du plongeon), est l’histoire d’une autre fillette, étalée celle-ci sur plusieurs années. Elle paraît être une proie facile pour les jeunes caïds du coin – nous sommes à Mayotte, mais cela pourrait être n’importe où ailleurs. Mais elle a de la ressource, et elle fait mieux que se défendre. Elle se bat, elle tue…
Non, décidément, lire David Jaomanoro n’est pas ce qu’on appelle une partie de plaisir. Il vous jette souvent la violence à la figure, et il est peu de moments paisibles. Il remplit parfaitement, en cela, son rôle d’écrivain : être un éveilleur plutôt qu’un endormeur.
On n’est donc pas surpris qu’il ait été choisi, avec 39 autres écrivains francophones, comme invité du Salon du Livre de Paris, qui s’ouvre dans quelques jours. Avec le Grec Dimitri Analis, le Béninois Florent Couao-Zotti, les Congolais Emmanuel Dongala et Alain Mabanckou, la Sénégalaise Ken Bugul, la Hongroise Agota Kristof, la Belge Caroline Lamarche, l’Algérien Boualem Sansal, et tous les autres. Là aussi, David Jaomanoro sera en belle compagnie.

Il y a un an, il avait publié Le mangeur de cactus, que je n'ai malheureusement pas lu et dont voici la présentation en quatrième de couverture:
Un jour, un pêcheur est attiré par les chants d'une femme-poisson qui devient par la suite son épouse.Un jour, l'épouse et le petit garçon de Titiky lui sont arrachés, car il n'a pas apporté des zébus pour les funérailles de son beau-père; la jeune maman et son enfant sont donnés à un prétendant qui a offert des zébus.Un jour encore, une cérémonie des crachats est organisée en faveur de Tava pour le désenvoûter. Dès lors, il retrouve toute son habileté et peut enfin vivre de sa passion et de son art: la musique.La route d'un médecin vazaha croise un jour celui d'un vieux musicien autochtone; celui-ci est peut-être sorcier, devin, mort-vivant ou dieu. Les chants de sirènes, les histoires de zombies, les rites mystérieux entraînent les deux amis dans les arcanes de la pensée du grand sud malgache qui les rapproche singulièrement, jusque dans l'au-delà.
Enfin, pour en savoir plus, je vous renvoie à la page que consacre le site Île en île à David Jaomanoro.

8 décembre 2014

Il y a 100 ans : Œuvre patriotique des Dames de France à Tamatave (1)

Le sentiment patriotique qui, dans un même et sublime élan, a soulevé toutes les femmes de France et les a portées aux initiatives les plus généreuses, aux actes de dévouement le plus élevé, enfin à tout ce que leur sexe leur permettait d’apporter au salut commun de la patrie, ce sentiment, dis-je, vient de se manifester parmi leurs sœurs des colonies.
La mentalité de la femme française, en effet, est toujours la même, quelle que soit la zone qu’elle habite, fût-ce aux antipodes.
C’est ainsi que, sur l’initiative toute de cœur de quelques dames de Tamatave qui sont Mesdames Bourgine, de Chazal et Jodin, a eu lieu, jeudi matin, au Théâtre municipal, une réunion en vue de la constitution d’un groupement destiné à venir en aide à nos malheureux compatriotes de la Métropole chassés de leurs foyers par l’ennemi.
Cette réunion a eu un succès complet, car ce n’est jamais en vain qu’on frappe au cœur de la femme française.
Quatre-vingt-dix dames de notre ville, malgré le mauvais temps et le courrier sur rade, ont tenu à assister ou à se faire représenter à cette réunion et ont adhéré à l’œuvre patriotique des Dames de Tamatave, créée en cette occasion.
Au début de la réunion, Madame Bourgine a prononcé la généreuse allocution suivante qui expose le but du groupement.
*
Mesdames,
Nous vous félicitons de l’accueil que vous avez bien voulu faire à notre appel, et de l’empressement avec lequel vous vous y êtes rendues. Et au nom de la France endeuillée, mais qui triomphera, grâce au dévouement de tous ses enfants, nous vous adressons nos remerciements émus.
Les tragiques événements actuels inspirent aux femmes d’outre-mer le regret unanime de ne pouvoir apporter leur aide à leurs sœurs de France, et travailler avec elles à arracher nos soldats à la mort ou à alléger leurs souffrances.
Cependant, malgré notre éloignement, Mesdames, nous pouvons être utiles à notre patrie. Nous savons l’innombrable cohorte de femmes et d’enfants réduits à la misère par l’enrôlement du mari, du père, et celle des malheureux qui ont dû se retirer devant l’armée ennemie, sans ressources et, trop souvent, presque sans vêtements.
(À suivre.)

Le Tamatave


L'intégrale en un livre numérique (un volume équivalant à 734 pages d'un ouvrage papier), disponible en deux endroits:
  • Lulu, intermédiaire habituel de la Bibliothèque malgache, au format epub - sans couverture: 6,99 €
  • Amazon, qu'il est inutile de présenter, au format Kindle (Calibre, un logiciel gratuit, permet de convertir aisément en epub si on ne possède pas de liseuse spécifique): 7,49 €

4 décembre 2014

Il y a 100 ans : La commémoration des morts à Tamatave (3)

(Suite et fin.)
La Patrie a crié : « Formez vos bataillons ! »
Chacun de ses enfants à son appel d’alarme
S’est levé frémissant, les yeux vides de larmes,
Splendide, rayonnant, altier comme un lion.

Comme leurs grands aïeux, les vainqueurs en haillons
Dont l’épique renom fait la beauté des armes,
En sublimes héros que la mort ne désarme
Ils marchent en chantant vers les noirs tourbillons.

Ils s’en vont réparer l’outrage à la patrie
Qu’ils reportent sur eux avec idolâtrie,
Ils s’en vont, pour le droit et l’honneur, au trépas.

Pendant que les enfants et les femmes de France
Mêlent leurs pleurs d’amour à leurs cris d’espérance ?
« Combien s’en sont allés qui ne reviendront pas ! »

Aussitôt après, M. le Commandant d’Armes a prononcé l’allocution suivante :

M. l’Administrateur,
Mesdames,
Messieurs,
Cette cérémonie emprunte aux circonstances actuelles un caractère particulièrement impressionnant. Ce n’est pas seulement à nos morts tombés sur la terre malgache que nous rendons hommage, mais à tous ceux qui sont tombés déjà au cours de la guerre Sainte que nous soutenons en ce moment.
Vous tous qui dormez ici, vous devez tressaillir de joie en songeant que notre mortel ennemi va enfin être bientôt écrasé. À votre joie se mêle peut-être le regret de n’avoir pu prendre part à cette lutte grandiose.
Dormez en paix. La France sera vengée, et bien vengée, de toutes les humiliations qu’elle a subies.
Vous avez pratiqué ces vertus sublimes qui sont honneur, courage, discipline, solidarité et qui font les héros.
Vous avez sacrifié gaiement votre vie, puisque c’était pour la France qui devait sortir plus grande de ce sacrifice.
Si vous n’avez pas eu la chance de combattre l’envahisseur, songez bien qu’il est aussi glorieux de mourir en terre lointaine que sur la frontière. N’est-ce pas toujours pour la France ?
HONNEUR AUX MORTS !

À cette touchante cérémonie dont la musique du 2e tirailleurs a rehaussé l’éclat, assistaient au premier rang les enfants des écoles.

Le Tamatave


L'intégrale en un livre numérique (un volume équivalant à 734 pages d'un ouvrage papier), disponible en deux endroits:
  • Lulu, intermédiaire habituel de la Bibliothèque malgache, au format epub - sans couverture: 6,99 €
  • Amazon, qu'il est inutile de présenter, au format Kindle (Calibre, un logiciel gratuit, permet de convertir aisément en epub si on ne possède pas de liseuse spécifique): 7,49 €

2 décembre 2014

Il y a 100 ans : La commémoration des morts à Tamatave (2)

(Suite.)
La présence de Messieurs les Officiers, sous-Officiers et soldats, de nos compatriotes, de la Colonie étrangère et, aussi, de la population indigène, prouve que le souvenir de nos glorieux morts est toujours aussi vivace dans les cœurs et que tous conservent intact le culte de ces généreux soldats tombés pour une plus grande France. Aussi est-ce avec la plus profonde et la plus sincère émotion que je me fais l’interprète des sentiments patriotiques qui animent chacun de nous en évoquant les années où ces fiers enfants de France versèrent leur sang et en exprimant combien notre admiration est légitime et combien nous avons le droit de nous enorgueillir de ces aïeux dont les dignes fils font, aujourd’hui, la beauté et la gloire de nos armes.
Nous ne pouvons, en effet, nous défendre de songer à ces heures tragiques, heures de gloire et d’espérance, que vit en ce moment notre chère Patrie et à tous ces enfants qui, de même que leurs aînés dont nous évoquons le pieux souvenir, versent leur sang avec la plus complète abnégation pour le droit et l’honneur, pour la patrie outragée.
Messieurs, laissez-moi confondre dans un même sentiment d’admiration et de vénération ceux qui, à l’heure actuelle, jonchent nos glorieux champs de bataille, et ceux qui sont morts loin de la Mère-Patrie et à la mémoire desquels ce monument est érigé.
Laissez-moi leur envoyer notre souvenir ému, laissez-moi leur décerner notre tribut de reconnaissance sincère et profond et répétons avec notre grand poète national :

Ceux qui pieusement sont morts pour la patrie,
Ont droit qu’à leur tombeau la foule vienne et prie !

Enfants, le respect dont nous entourons les vaillantes victimes tombées pour la patrie doit être pour vous l’adjuvant le plus précieux, votre guide pour l’avenir, l’encouragement au devoir.
Dans quelques années, ce ne sera pas sans un sentiment de légitime fierté que vous vous remémorerez la cérémonie de ce jour qui glorifie nos héros du passé et du présent.
Et, pour terminer, je ne peux résister au plaisir de vous citer le chant patriotique d’un de nos camarades qui, d’une voix émue, a su dépeindre d’une façon si exacte l’état d’âme des chers Fils de la France, hier des enfants, demain des héros.
 (À suivre.)

Le Tamatave


L'intégrale en un livre numérique (un volume équivalant à 734 pages d'un ouvrage papier), disponible en deux endroits:
  • Lulu, intermédiaire habituel de la Bibliothèque malgache, au format epub - sans couverture: 6,99 €
  • Amazon, qu'il est inutile de présenter, au format Kindle (Calibre, un logiciel gratuit, permet de convertir aisément en epub si on ne possède pas de liseuse spécifique): 7,49 €

1 décembre 2014

Il y a 100 ans : La commémoration des morts à Tamatave (1)

Nombreuse, plus nombreuse encore que les années précédentes, si possible, a été la foule qui, le 2 novembre, à Tamatave, a commémoré nos morts, non seulement ceux tombés, héros obscurs, à l’occasion de la conquête de notre grande île, mais encore et surtout, ceux plus nombreux qui sont tombés et tombent tous les jours là-bas sur la frontière, en combattant pour sauver la France et la civilisation de la barbarie teutonne.
Le matin, dès le point du jour, l’église de la mission débordait de fidèles, et à huit heures la foule s’est portée en masse autour de la colonne élevée à la mémoire de nos morts.
Suivant l’usage, au pied de ce monument, deux discours ont été prononcés, l’un par M. Besson, le sympathique administrateur, qui représentait le chef de la Province malade, M. de Laborderie, et l’autre par M. le Commandant d’armes Régnier.
Nous les donnons ci-après :

Monsieur le Commandant d’Armes,
Mesdames,
Messieurs,
Enfants,
Au nom de M. l’Administrateur-Maire et Chef de la Province, que la maladie prive de l’honneur et du devoir d’assister à cette pieuse cérémonie, je viens, aujourd’hui, rendre un nouvel hommage aux vaillants soldats et marins morts, sur cette terre malgache, pendant les campagnes de 1883 à 1886.
Plusieurs d’entre vous, Messieurs, qui ont vécu ces heures pénibles, s’en souviendront toujours. L’expulsion des Français hors du royaume Hova, l’arrivée, le 31 mai 1883, de l’Amiral Pierre, le bombardement et la prise de Tamatave, les attaques et fusillades nocturnes dans les rues de ce qu’était à cette époque notre coquette ville, l’arrivée de l’Amiral Galiber, plus tard celle de l’Amiral Miot, et, enfin, le traité de paix signé à Tamatave, sont des souvenirs impérissables. Ces événements ne se déroulèrent pas sans des pertes malheureusement nombreuses parmi nos soldats et nos marins.
C’est que le mépris du danger, de la mort et du climat inclément des Colonies fut toujours l’apanage de nos vaillants troupiers et que, loin de la mère Patrie, ils surent donner pour Elle les preuves les plus hautes de leur vaillance et de leur endurante énergie.
 (À suivre.)

Le Tamatave


L'intégrale en un livre numérique (un volume équivalant à 734 pages d'un ouvrage papier), disponible en deux endroits:
  • Lulu, intermédiaire habituel de la Bibliothèque malgache, au format epub - sans couverture: 6,99 €
  • Amazon, qu'il est inutile de présenter, au format Kindle (Calibre, un logiciel gratuit, permet de convertir aisément en epub si on ne possède pas de liseuse spécifique): 7,49 €

29 novembre 2014

Il y a 100 ans : Les arcanes de la maison O’Swald (4)

(Suite et fin.)
Mais là où leur verve éclatait, c’est lorsqu’ils constataient avec joie que ces « imbéciles », comme ils qualifiaient nos officiers, avaient fait tuer des milliers de leurs soldats en leur faisant ouvrir une route dans les marais alors qu’il eût été si facile de remonter la Betsiboka et l’Ikopa par des chaloupes qui n’auraient eu à franchir que quelques rapides. Ces chaloupes en effet avaient été commandées mais elles n’ont jamais servi. Si les Français sont si bêtes, on pourra les battre avec la plus grande facilité lorsqu’on sera en guerre avec eux.
On voit que les Allemands approfondissaient une multitude de choses auxquelles ils semblaient parfaitement indifférents et qu’il y avait peu d’habitants de ce pays, voire même de fonctionnaires, qui connussent l’île aussi bien qu’eux.
La conclusion de ce rapport était celle-ci : « Il ne nous est pas nécessaire, disaient-ils, d’envoyer des forces imposantes pour prendre possession de l’île. Quand nous serons sur le point d’écraser la France, nous n’aurons qu’à expédier quelques détachements pour occuper les principales villes. Après le traité qui nous cédera l’île, nous y enverrons de nombreuses forces non pour nous y affermir, mais pour utiliser les admirables positions stratégiques qui s’y trouvent. »
Ils parlaient donc de Madagascar comme d’un pays dont l’acquisition ne serait pour eux qu’une question de temps. Dans les circonstances actuelles cela peut s’appeler, je crois, vendre la peau de l’ours avant de l’avoir mis par terre.
Le Tamatave

Le feu à bord du « Djibouti »

Depuis quelques jours, le feu avait éclaté dans la principale soute à charbon du steamer Djibouti de la Compagnie Havraise Péninsulaire actuellement sur rade. Cette soute contient 400 tonnes de charbon. Malgré toute la diligence du bord et les moyens employés, le feu continuant à se propager et à augmenter d’intensité, le commandant, voyant son navire en danger, demanda au Sidon qui se trouvait sur rade de remorquer, plus près de terre, son navire de façon à ce qu’il puisse au besoin l’immerger.
Les pompes ont fonctionné toute la nuit, la cale 2 est pleine d’eau et la soute noyée ; tout danger semble actuellement conjuré.
Le Djibouti n’avait aucun colis à bord.

La Dépêche malgache


L'intégrale en un livre numérique (un volume équivalant à 734 pages d'un ouvrage papier), disponible en deux endroits:
  • Lulu, intermédiaire habituel de la Bibliothèque malgache, au format epub - sans couverture: 6,99 €
  • Amazon, qu'il est inutile de présenter, au format Kindle (Calibre, un logiciel gratuit, permet de convertir aisément en epub si on ne possède pas de liseuse spécifique): 7,49 €

28 novembre 2014

Il y a 100 ans : Les arcanes de la maison O’Swald (3)

(Suite.)
La preuve en était que, malgré la tyrannie des administrateurs, on n’avait eu à signaler que des soulèvements sans importance dans le sud, et que, en dépit de l’incapacité, prétendent-ils, des officiers français qui en firent la conquête et des nombreuses circonstances qui auraient pu en disposer autrement, ils se sont laissés soumettre avec la plus grande facilité.
Mais la médaille a son revers. S’ils sont soumis, c’est qu’ils sont indolents et paresseux ; il faudra du temps avant qu’ils puissent donner quelque chose comme main-d’œuvre, mais ils commencent cependant.
Quant aux Européens, ce qui prouvait leur indifférence patriotique, c’était la considération qu’ils avaient pour les Allemands qui étaient devenus les rois de Tamatave. Ils étaient à la tête de tous les sports, tout le monde les saluait bien bas. Les Européens étaient trop dominés par les soucis matériels trop terre à terre, incapables de sentiments élevés ; il leur était aussi indifférent que ce fût la France plutôt que l’Allemagne ou qu’une autre nation qui fût maîtresse chez eux.
Enfin, la quatrième partie était pour eux la plus importante ; elle était aussi plus développée que les autres. Elle comprenait une multitude de détails minutieux sur tous les lieux considérés comme stratégiques ou qui pouvaient le devenir.
Ils commençaient par une diversion sur le port de Tamatave et les polémiques dont il avait été l’objet.
Puis venaient ceux de Diégo-Suarez et de Majunga accompagnés eux aussi de photographies, cartes, plans, avec force légendes explicatives. Après la description détaillée de Tananarive, les auteurs du rapport faisaient voir comment, avec peu de ressources, les Malgaches, pour peu qu’ils eussent été intelligents, auraient pu interdire à tout jamais l’entrée d’une armée ennemie sur le sol de leur patrie, et comment ils auraient pu mettre à profit les fautes soi-disant commises par les officiers français lors de la conquête de l’île et se servir des accidents du terrain pour faire de la capitale une place inexpugnable.
(À suivre.)

Le Tamatave


L'intégrale en un livre numérique (un volume équivalant à 734 pages d'un ouvrage papier), disponible en deux endroits:
  • Lulu, intermédiaire habituel de la Bibliothèque malgache, au format epub - sans couverture: 6,99 €
  • Amazon, qu'il est inutile de présenter, au format Kindle (Calibre, un logiciel gratuit, permet de convertir aisément en epub si on ne possède pas de liseuse spécifique): 7,49 €

27 novembre 2014

Il y a 100 ans : Les arcanes de la maison O’Swald (2)

(Suite.)
Ils ajoutaient que les Européens ou assimilés pouvaient parfaitement en faire autant et gagner bien plus qu’eux par la même méthode, mais qu’ils étaient trop inconstants et pas assez économes.
Naturellement, ils ne s’y étaient pas oubliés et exposaient avec orgueil leur prépondérance commerciale. Toute la ville, disaient-ils, était inondée de leurs produits car leurs meilleurs clients étaient les Chinois et les Indiens. Puis venaient de longs détails sur la situation matérielle des planteurs et des colons, sur l’élevage des bestiaux et les richesses du sol.
La deuxième partie faisait connaître l’organisation administrative de la Colonie et sa géographie physique et politique très détaillées. Jugeant les autres d’après eux-mêmes, ils représentaient le pauvre colon tyrannisé par les administrateurs qu’ils comparaient aux mandarins chinois. L’administrateur, du haut de sa hauteur, manifestait du mépris pour le colon qui répondait par la haine. Puis ils s’étendaient longuement sur l’immoralité des uns et des autres, des premiers surtout qu’ils opposaient à leurs fonctionnaires honnêtes et vertueux. Ils racontaient aussi un tas d’histoires de concussions, de vols et d’autres actes malhonnêtes plus ou moins réels.
Ce qui était le plus curieux, c’est que tout cela était accompagné de noms propres qui ne pouvaient que médiocrement intéresser ceux à qui le rapport était adressé.
Ils terminaient enfin en montrant les complaisances que l’administration avait à leur égard, se vantaient de faire la fraude impunément et nommaient les commerçants un tel et un tel, citoyens français condamnés eux à tant d’amendes, ce qui prouvait, disaient-ils, la crainte que les Français avaient des Allemands.
C’est dans cette partie qu’ils avaient énuméré les attaques dirigées par les journaux de l’île contre les gouverneurs généraux.
Dans la troisième partie, ils analysaient les caractères et les mœurs des races multiples qui constituent la population de la colonie. Ils constataient que les indigènes étaient d’un caractère doux et fort peu belliqueux ; ils étaient incapables de la moindre insurrection sérieuse.
(À suivre.)

Le Tamatave


L'intégrale en un livre numérique (un volume équivalant à 734 pages d'un ouvrage papier), disponible en deux endroits:
  • Lulu, intermédiaire habituel de la Bibliothèque malgache, au format epub - sans couverture: 6,99 €
  • Amazon, qu'il est inutile de présenter, au format Kindle (Calibre, un logiciel gratuit, permet de convertir aisément en epub si on ne possède pas de liseuse spécifique): 7,49 €

26 novembre 2014

Il y a 100 ans : Les arcanes de la maison O’Swald (1)

Tout le monde sait ici que Guillaume avait décoré de l’aigle noir de Prusse son consul à Tamatave, mais personne n’en connaissait les motifs, bien qu’une feuille locale ait dit vaguement que c’était pour des services rendus à son pays. Elle aurait dû préciser lesquels.
Les prédécesseurs de M. Oehlerking avaient sans doute envoyé à leur gouvernement des rapports sur notre colonie, mais tous réunis ne valaient certainement pas comme détails et comme prévisions celui qui lui fut envoyé en 1912. Ce fut donc celui-là qui valut à son rédacteur la récompense ci-dessus.
Il est certain que M. Oehlerking n’a pas été seul à faire ce rapport ; il peut se faire même qu’il n’y ait eu qu’une part infime.
Ce document avait en effet l’ampleur d’un volume et devait être certainement une œuvre collective. Mais il était signé du Consul.
Naturellement, un rapport pareil ne pouvait être confié à la poste où il aurait paru suspect. Il fut remis à un officier du Zanzibar qui se chargea de la transmettre à son gouvernement.
Malgré toutes ces précautions, ce document a réussi par tomber entre les mains d’une personne étrangère mais qui connaissait assez d’allemand pour qu’elle pût se rendre compte de son contenu. Comment la chose s’est-elle passée ? Le respect de la parole donnée ne nous autorise pas de le divulguer.
C’est cette même personne qui nous en a donné connaissance.
Il se divisait en 4 parties et était accompagné d’une grande quantité de photographies reproduisant des plantations, des monuments, des vues diverses, et surtout des points stratégiques. Les plus nombreuses étaient celles qui se rapportaient aux ports de Diégo-Suarez et de Tamatave.
En voici le résumé tel qu’il nous a été donné.
La première partie de ce rapport qui était très bien ordonné concernait le commerce de Tamatave et de Madagascar en général. Elle faisait connaître l’accaparement des produits par les Chinois et les Indiens sur la côte Est et donnait la liste des divers commerçants de notre ville avec un long commentaire sur chacun d’eux. Les Allemands admiraient la méthode commerciale des Indiens, Chinois et Grecs et attribuaient leur réussite à la patience et à la ténacité innées de leur caractère qui les poussaient à édifier sou par sou une petite fortune.
(À suivre.)

Le Tamatave


L'intégrale en un livre numérique (un volume équivalant à 734 pages d'un ouvrage papier), disponible en deux endroits:
  • Lulu, intermédiaire habituel de la Bibliothèque malgache, au format epub - sans couverture: 6,99 €
  • Amazon, qu'il est inutile de présenter, au format Kindle (Calibre, un logiciel gratuit, permet de convertir aisément en epub si on ne possède pas de liseuse spécifique): 7,49 €

25 novembre 2014

Il y a 100 ans : Manifestation patriotique à Tananarive (2)

(Suite et fin.)
À la station de Moramanga, le colonel de Salins, doyen des officiers, a envoyé à l’administrateur-maire de Tananarive le télégramme suivant :
« Profondément touché par belle manifestation patriotique de ce matin, à l’occasion du départ des officiers partant pour l’armée, je vous prie d’être près de la population de Tananarive l’interprète de mes plus vifs sentiments et de ceux des officiers qui m’accompagnent. »
Les mêmes scènes d’enthousiasme patriotique se reproduisirent sur différents points du parcours et lors de l’embarquement des officiers.
Un certain nombre de réservistes actuellement sous les drapeaux et de territoriaux en sursis d’appel ont demandé à être affectés aux contingents que la colonie pourrait être éventuellement appelée à diriger sur la métropole.
À leur grand regret, il leur a été répondu qu’aucune suite ne pouvait être donnée à ces demandes, les réservistes et les territoriaux étant destinés à remplacer, le cas échéant, dans la colonie, les troupes actives envoyées en France.

Le général Galliéni et les colons de Madagascar

Les colons de Madagascar ont appris avec satisfaction que leur ancien gouverneur général, le général Galliéni, avait été nommé gouverneur militaire de Paris.
« Tous ceux, dit la Tribune de Madagascar, qui, comme nous, n’ont pas oublié leur ancien gouverneur général et connu ses grandes qualités d’organisateur et de conducteur d’hommes, tous ceux d’entre nous qui, depuis son départ, ont suivi par la pensée les dernières années de cette belle carrière militaire qui pourrait bien s’achever en apothéose, sont profondément heureux d’apprendre cette nomination. »
Nous ne doutions pas que Madagascar fût fier de voir appeler à un poste d’honneur et de péril le plus glorieux de ses gouverneurs généraux.

Madagascar apporte son concours aux victimes de la guerre

Une souscription ouverte à Tananarive pour les victimes de la guerre avait recueilli, au 15 septembre dernier, près de 130 000 francs.
D’autre part, les dames européennes de la capitale de la Grande Île ont formé un comité dans le but de venir en aide aux enfants, aux veuves et aux vieillards victimes de la guerre.

Le Courrier colonial


L'intégrale en un livre numérique (un volume équivalant à 734 pages d'un ouvrage papier), disponible en deux endroits:
  • Lulu, intermédiaire habituel de la Bibliothèque malgache, au format epub - sans couverture: 6,99 €
  • Amazon, qu'il est inutile de présenter, au format Kindle (Calibre, un logiciel gratuit, permet de convertir aisément en epub si on ne possède pas de liseuse spécifique): 7,49 €