11 juin 2018

Il y a 100 ans : « La forêt tragique », par Albert Garenne


En lisant les détails de cette iliade exotique, on pense aux héros de Fenimore Cooper, aux combats sans merci qu’ils livrèrent dans le cadre solennel d’une nature primitive. Mais ici, aucune fiction et toute la supériorité du commandement européen, servie par le dévouement sans borne des auxiliaires betsiléos, s’affirme en une action authentique, en des gestes de guerre chevaleresque que semble souligner la beauté émouvante et farouche du décor.
Annales africaines

M. Merlin a pris contact avec les indigènes

M. Merlin, gouverneur général de Madagascar, a pris contact avec les indigènes de la colonie, au mois de décembre dernier, dans un grand kabary qui avait réuni plus de 10 000 auditeurs.
Reconnaissant la dureté des temps, les exigences cruelles de l’heure présente, M. Merlin a assuré les indigènes que la situation s’améliorerait. Déjà, il a fait relever le salaire des agents de l’administration chargés de famille, fait acheter du riz pour ravitailler la population et soulager les nécessiteux. Il a enfin engagé les indigènes à travailler plus régulièrement et plus activement pour rétablir l’équilibre de la situation présente.
Le gouverneur général a terminé son discours en assurant l’assistance que la France remporterait la victoire et qu’elle se souviendrait des témoignages d’affection que les indigènes de la Grande Île lui ont donnés.
Le prince Ramahatra a répondu à M. Merlin par une affirmation éloquente du loyalisme malgache.

Des bœufs malgaches pour Maurice

Le Secunder a ramené de Vohémar une cargaison de bœufs pour ravitailler les boucheries de Maurice dont les réserves tiraient à leur fin. Des colons ayant manifesté le désir d’en acheter quelques-uns comme bêtes de trait, les autorités ont décidé de marquer les bœufs importés de Madagascar des deux lettres F. C. accompagnées d’une large flèche.
Ces animaux seront rigoureusement réservés à l’alimentation et des peines ont été édictées contre les Mauriciens qui emploieraient à leurs travaux des bœufs ainsi marqués.
Le Courrier colonial


Deux volumes de compilation de la presse à propos de Madagascar il y a 100 ans sont disponibles. La matière y est copieuse et variée, vous en lisez régulièrement des extraits ici. Chaque tome (l'équivalent d'un livre papier de 800 pages et plus) est en vente, au prix de 6,99 euros, dans les librairies proposant un rayon de livres numériques. D'autres ouvrages numériques, concernant Madagascar ou non, sont publiés par la Bibliothèque malgache - 71 titres parus à ce jour.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire