29 octobre 2019

Il y a 100 ans : La mortalité infantile à Madagascar


La question du peuplement de nos colonies est étroitement liée à celle de leur mise en valeur. Elle doit faire l’objet des préoccupations de notre administration au double titre économique et social.
Nous devons protéger les indigènes contre les fléaux qui les déciment.
À Madagascar, une trop grande quantité d’indigènes des Hauts Plateaux sont victimes tous les ans des affections pulmonaires, surtout pendant la saison froide.
A-t-on fait quelque chose pour lutter contre cette cause essentielle de dépopulation ?
L’administration de M. Schrameck répond : « Oui. » Et en effet, une circulaire de 1917 oblige les indigènes à vêtir leurs enfants d’une façon convenable. Elle stipule même que les enfants indigents seront vêtus par les soins du village.
Dans la réalité, cette circulaire demeure lettre morte, et les enfants qui vivent dans la brousse sont nus ou presque nus en toute saison, d’où une mortalité effroyable.
On voit souvent des femmes très confortablement vêtues porter leurs enfants rigoureusement nus à la consultation du médecin.
Interrogées sur cette façon d’agir, elles répondent que la coutume le veut ainsi, et qu’elles n’ont pas été élevées autrement que leurs enfants.
C’est donc cette coutume néfaste qu’il faut s’attacher à combattre et qu’il faut vaincre. Par quels moyens ? C’est à l’administration à les trouver. Elle est justement faite pour cela. Mais, en principe, ni les circulaires ni les arrêtés ne peuvent rien en l’occurrence.
Si les décrets avaient l’omnipotence qu’on leur prête, il y a longtemps, je présume, qu’un député socialiste aurait fait décréter le bonheur universel.
Ce n’est pas un arrêté du gouverneur général qui atténuera la mortalité sur les Hauts Plateaux de la Grande Île. Peut-être est-ce plutôt l’éducation des indigènes qu’il faut envisager.
Le Courrier colonial

Vol

Ces jours derniers, environ 600 francs ont disparu de la caisse du sympathique commerçant de notre place M. Juge. On recherche le voleur.
Le Tamatave


Deux volumes de compilation de la presse à propos de Madagascar il y a 100 ans sont disponibles. La matière y est copieuse et variée, vous en lisez régulièrement des extraits ici. Chaque tome (l'équivalent d'un livre papier de 800 pages et plus) est en vente, au prix de 6,99 euros, dans les librairies proposant un rayon de livres numériques. D'autres ouvrages numériques, concernant Madagascar ou non, sont publiés par la Bibliothèque malgache - 82 titres parus à ce jour.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire