17 mai 2018

Il y a 100 ans : Pour charger vite


La formule se dessine, se pose : les affrétés japonais sont la première étape vers le système de l’avenir : des long-courriers qui prennent, dans les grands ports de Madagascar, les cargaisons concentrées par les côtiers.
Nous avons ailleurs traité la question des côtiers ; nous y reviendrons d’ailleurs.
En ce qui concerne les long-courriers, il importe avant tout qu’ils ne perdent pas de temps.
Finalement, ils ne toucheront que deux points principaux : Tamatave à l’Est et Majunga à l’Ouest ; peut-être aussi Diégo-Suarez qui peut un jour prendre une importance stratégique.
Occupons-nous de Tamatave.
Comment faire gagner du temps aux grands navires ? Par la rapidité des opérations de cargaisons.
Le rêve serait le port en eau profonde, les opérations bord à quai.
Il est improbable que nous en voyions de sitôt la réalisation ; la discussion n’est pas près de prendre fin entre le projet Y et le projet Z.
La vraie raison est qu’il en coûtera beaucoup de millions et qu’on ne sait où les prendre.
Mais il y a un moyen terme que nous pouvons réaliser tout de suite, avec les seules ressources et l’aide des finances de la Colonie.
C’est le système – pratiqué dans tous les ports américains – du quai flottant en bois.
Ce n’est pas le navire qui vient au quai, c’est celui-ci qui va au navire.
Nous concevons pour la rade de Tamatave deux, quatre ou six grands chalands en bon bois de l’Est, étanches du fond et du pontage, allégeant aux environs de 300 tonnes.
En rade, ces chalands-docks reçoivent les cargaisons des côtiers, puis ils bordent, à leur arrivée, les long-courriers qui y déposent par un treuil leurs colis d’importation pendant qu’un autre treuil monte les marchandises d’exportation.
Il sera facile, en retrait de quelque points, d’aménager une plage d’échouage où les quais flottants seront tirés quand la rade devient méchante. Quant aux côtiers, étant mixtes leur moteur leur permettra de prendre le large en quelques minutes.
Ce n’est là qu’une idée. Elle vaut pourtant d’être examinée.
Le Tamatave


Deux volumes de compilation de la presse à propos de Madagascar il y a 100 ans sont disponibles. La matière y est copieuse et variée, vous en lisez régulièrement des extraits ici. Chaque tome (l'équivalent d'un livre papier de 800 pages et plus) est en vente, au prix de 6,99 euros, dans les librairies proposant un rayon de livres numériques. D'autres ouvrages numériques, concernant Madagascar ou non, sont publiés par la Bibliothèque malgache - 71 titres parus à ce jour.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire