25 novembre 2014

Il y a 100 ans : Manifestation patriotique à Tananarive (2)

(Suite et fin.)
À la station de Moramanga, le colonel de Salins, doyen des officiers, a envoyé à l’administrateur-maire de Tananarive le télégramme suivant :
« Profondément touché par belle manifestation patriotique de ce matin, à l’occasion du départ des officiers partant pour l’armée, je vous prie d’être près de la population de Tananarive l’interprète de mes plus vifs sentiments et de ceux des officiers qui m’accompagnent. »
Les mêmes scènes d’enthousiasme patriotique se reproduisirent sur différents points du parcours et lors de l’embarquement des officiers.
Un certain nombre de réservistes actuellement sous les drapeaux et de territoriaux en sursis d’appel ont demandé à être affectés aux contingents que la colonie pourrait être éventuellement appelée à diriger sur la métropole.
À leur grand regret, il leur a été répondu qu’aucune suite ne pouvait être donnée à ces demandes, les réservistes et les territoriaux étant destinés à remplacer, le cas échéant, dans la colonie, les troupes actives envoyées en France.

Le général Galliéni et les colons de Madagascar

Les colons de Madagascar ont appris avec satisfaction que leur ancien gouverneur général, le général Galliéni, avait été nommé gouverneur militaire de Paris.
« Tous ceux, dit la Tribune de Madagascar, qui, comme nous, n’ont pas oublié leur ancien gouverneur général et connu ses grandes qualités d’organisateur et de conducteur d’hommes, tous ceux d’entre nous qui, depuis son départ, ont suivi par la pensée les dernières années de cette belle carrière militaire qui pourrait bien s’achever en apothéose, sont profondément heureux d’apprendre cette nomination. »
Nous ne doutions pas que Madagascar fût fier de voir appeler à un poste d’honneur et de péril le plus glorieux de ses gouverneurs généraux.

Madagascar apporte son concours aux victimes de la guerre

Une souscription ouverte à Tananarive pour les victimes de la guerre avait recueilli, au 15 septembre dernier, près de 130 000 francs.
D’autre part, les dames européennes de la capitale de la Grande Île ont formé un comité dans le but de venir en aide aux enfants, aux veuves et aux vieillards victimes de la guerre.

Le Courrier colonial


L'intégrale en un livre numérique (un volume équivalant à 734 pages d'un ouvrage papier), disponible en deux endroits:
  • Lulu, intermédiaire habituel de la Bibliothèque malgache, au format epub - sans couverture: 6,99 €
  • Amazon, qu'il est inutile de présenter, au format Kindle (Calibre, un logiciel gratuit, permet de convertir aisément en epub si on ne possède pas de liseuse spécifique): 7,49 €

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire